, , , ,

La taurine pourrait être la clé de la longévité et d’une vie plus saine

Posted by

? EN BREF

  • Selon des études récentes, la taurine, un acide aminé semi-essentiel, semble jouer un rôle important dans la longévité et le vieillissement en bonne santé.
  • Chez les souris, la durée de vie médiane a augmenté de 10 % à 12 %. L’espérance de vie à 28 mois a augmenté de 18 % à 25 %.
  • La taurine améliore la force, la coordination et l’endurance, la masse osseuse et la qualité des os, l’homéostasie et la tolérance au glucose, l’inflammation liée à l’âge, la fonction immunitaire, la santé intestinale, la mémoire, la fonction mitochondriale et la fonction de tous les organes.
  • La taurine est importante pour la santé du cerveau et du cœur, la fonction musculaire, la formation des sels biliaires et les défenses antioxydantes. Elle contribue également à la reconstruction des fibres de collagène endommagées et peut contribuer à soulager l’anxiété.
  • La taurine est présente uniquement dans les aliments d’origine animale tels que les fruits de mer, la viande rouge, la volaille et les produits laitiers. Elle est également disponible sous forme de complément.

?Par le Dr. Mercola

Selon une étude publiée dans le numéro de juin 2023 de la revue Science, la taurine, un acide aminé semi-essentiel, semble jouer un rôle important dans la longévité et le vieillissement en bonne santé. Dans la vidéo ci-dessus, Siim Land, biohacker et auteur, fait le point sur ces découvertes.

La taurine est connue depuis longtemps pour ses effets bénéfiques sur la santé du cerveau et du cœur. Elle est également nécessaire au bon fonctionnement des muscles, à la formation des sels biliaires et aux défenses antioxydantes. Elle protège votre statut antioxydant en :

  • Neutralisant l’acide hypochloreux, un oxydant neutrophile.
  • Diminuant la production de superoxyde par les mitochondries.
  • Minimisant le stress oxydatif, y compris le stress oxydatif mitochondrial induit par les toxines.

La taurine aide également à reconstruire les fibres de collagène endommagées et peut contribuer à soulager l’anxiété en augmentant la glycine et le GABA. La taurine est un sous-produit des acides aminés soufrés cystéine et méthionine (techniquement un acide sulfonique) et elle n’est présente que dans les aliments d’origine animale. Les fruits de mer, la viande rouge, la volaille et les produits laitiers sont des exemples d’aliments riches en taurine. La taurine est également disponible sous forme de complément.

La taurine a un impact sur la longévité

Dans l’étude présentée, une équipe de recherche internationale a constaté qu’une supplémentation orale en taurine augmentait la durée de vie en bonne santé d’une variété d’animaux. Chez les souris, la durée de vie médiane a augmenté de 10 % à 12 %. L’espérance de vie à 28 mois a augmenté de 18 % à 25 %.

Tel que rapporté par Science Alert :

« Les scientifiques ont découvert non seulement que les animaux vieillissent plus rapidement lorsqu’ils n’ont pas suffisamment de taurine, un acide aminé, mais également que des compléments de taurine administrés par voie orale peuvent retarder le vieillissement et augmenter la durée de vie…

“Au cours des 25 dernières années, les scientifiques ont essayé de trouver les facteurs qui non seulement nous permettent de vivre plus longtemps, mais aussi d’augmenter la durée de vie en bonne santé, c’est-à-dire la période pendant laquelle nous restons en bonne santé à un âge avancé”, explique le biologiste Vijay Yadav de l’université de Columbia, auteur principal de l’étude. “Cette étude suggère que la taurine pourrait être un élixir de vie en nous qui nous aide à vivre plus longtemps et en meilleure santé.” »

On estime que les taux de taurine diminuent de 80 % au cours d’une vie moyenne, et ce déclin est en partie lié à une perte de la capacité de synthèse endogène au fil du temps. Toutefois, la quantité de taurine apportée par l’alimentation joue également un rôle. Les jeunes végétaliens en bonne santé, par exemple, ont des taux de taurine inférieurs d’environ 20 % à ceux de leurs homologues qui consomment de la viande.

La taurine protège contre les signes du vieillissement

Les animaux auxquels on a administré un complément de taurine n’ont pas seulement vécu plus longtemps, ils étaient aussi en meilleure santé. Chez les souris, la taurine a amélioré :

Force, coordination et enduranceMasse osseuse et qualité des os
Homéostasie du glucose et tolérance au glucoseInflammation liée à l’âge
Fonction immunitaireSanté intestinale
MémoireFonctionnement de tous les organes
Fonction et santé mitochondriale

Il est intéressant de noter que, selon les auteurs, la taurine a « guéri » l’ostéoporose. Il n’est pas fréquent de voir le mot « guérir » utilisé dans la littérature médicale. La taurine a également « supprimé la prise de poids induite par l’ovariectomie dans un modèle de ménopause chez les rongeurs » et réduit l’anxiété et les comportements de type dépressif chez les souris.

Les souris traitées avaient également moins de graisse corporelle (environ 10 % de moins à 1 000 milligrammes de taurine par jour) et des niveaux d’énergie plus élevés. Selon les auteurs, « le poids de la graisse divisé par le pourcentage du poids corporel a été réduit de manière dose-dépendante chez les souris traitées à la taurine ». La supplémentation en taurine a également amélioré plusieurs marqueurs du vieillissement, notamment :

SénescenceCommunication intercellulaire
Longueur des télomèresChangements épigénétiques
Stabilité génomiqueFonction mitochondriale
Populations de cellules souchesDétection des nutriments

Les effets de la taurine chez le singe

Des effets similaires ont été observés lors de l’administration de taurine à des singes rhésus. Des singes âgés de 15 ans (l’équivalent de 45 à 50 ans chez l’homme) ont reçu 250 mg par kg de poids corporel (l’équivalent de 1 000 mg/kg administrés à des souris) une fois par jour pendant six mois. D’après les auteurs :

« Avant le début de la supplémentation en taurine, le poids corporel et la densité osseuse n’étaient pas significativement différents dans les deux groupes de singes âgés. Trois heures après l’alimentation orale, les concentrations sériques de taurine chez les singes nourris à la taurine étaient environ deux fois plus élevées (65,4 ± 10,1 ng/ml) que chez les témoins (35,1 ± 7,3 ng/ml).

Les singes ayant reçu de la taurine ont pris 0,75 kg de moins de poids corporel et leur pourcentage de graisse avait tendance à être inférieur à celui des témoins. L’analyse de l’absorptiométrie bi-énergétique à rayons X (DEXA) après 6 mois de traitement à la taurine a montré que la taurine augmentait la densité et le contenu osseux de la colonne lombaire (L1 à L4) et des jambes… chez les singes traités à la taurine par rapport aux singes témoins.

Les marqueurs sériques de la formation osseuse (ostéocalcine) ont augmenté, tandis que ceux de la résorption… ont diminué environ 16 semaines après le début du traitement. Ces taux se sont maintenus jusqu’à la fin de la période d’administration.

Le traitement à la taurine a réduit les concentrations de glucose sanguin à jeun de 19 %. La taurine a également réduit les concentrations sériques des marqueurs de lésions hépatiques AST et alanine transaminase (ALT) de ~36 % et 20 %, respectivement. Le nombre de GB, de monocytes et de granulocytes, qui augmente avec l’âge, a diminué d’environ 50 % chez les singes traités à la taurine par rapport aux singes témoins.

Conformément à l’effet bénéfique de la taurine sur la santé mitochondriale observé chez les vers et les souris, les marqueurs indirects des dommages moléculaires induits par les DRO… ont diminué de ~36 %, 11 % et 20 %, respectivement, dans le sérum des singes supplémentés en taurine. Ainsi, la taurine a des effets bénéfiques sur la plupart des paramètres de santé testés (poids corporel, os, glucose, foie et immunophénotype) chez les primates non humains. »

La carence en taurine associée aux maladies chroniques

Chez l’homme, des données suggèrent que les personnes ayant des taux sanguins de taurine plus faibles présentent un risque accru de plusieurs maladies chroniques et/ou dégénératives, notamment :

ObésitéDiabète
Résistance à l’insulineMaladie du foie
Pression artérielle élevéeInflammation systémique
Dégénérescence rétinienneMaladies cardiaques
Dysfonctionnement immunitairePerte de masse musculaire

La taurine dans le traitement des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux

Il est important de noter que les patients souffrant d’insuffisance cardiaque ont tendance à être carencés en taurine, ce qui serait lié à sa capacité à améliorer la fonction mitochondriale et le métabolisme énergétique. Il est démontré que le rétablissement des taux de taurine chez ces patients améliorait la fonction contractile de leur cœur.

Les victimes d’accidents vasculaires cérébraux peuvent également bénéficier de la taurine. Comme l’explique un article de 2013 intitulé « Neuroprotective Mechanisms of Taurine Against Ischemic Stroke » (Mécanismes neuroprotecteurs de la taurine contre l’accident vasculaire cérébral ischémique) :

« La taurine, un acide aminé endogène, affiche une pléthore de fonctions physiologiques. Elle présente des propriétés antioxydantes, stabilise la membrane, fonctionne comme un osmorégulateur, module les mouvements ioniques, réduit le taux des pro-inflammatoires, régule la concentration de calcium intracellulaire. Tout cela contribue à son effet neuroprotecteur…

L’accident vasculaire cérébral ischémique (ischémie cérébrale) est dû à une réduction partielle ou complète du flux sanguin vers le cerveau… L’apport insuffisant d’oxygène et de glucose dans l’ischémie cérébrale entraîne une homéostasie cellulaire insoutenable qui provoque des lésions cellulaires.

Les lésions cellulaires progressent sous l’effet de l’excitotoxicité, du déséquilibre ionique, des stress oxydatif et nitrosatif, du stress du réticulum endoplasmique (RE) et des perturbations mitochondriales, aboutissant finalement à la mort cellulaire programmée et à la nécrose…

En raison des multiples mécanismes physiopathologiques observés dans l’AVC ischémique / l’ischémie cérébrale, les traitements actuels restent pour la plupart inefficaces, à l’exception de la thérapie thrombolytique qui utilise des activateurs tissulaires recombinants du plasminogène (rt-PA) tels que l’alteplase. Cette thérapie n’offre qu’une fenêtre de 3 à 4,5 heures pour un traitement efficace.

Il devient donc essentiel de développer d’autres composés à potentiel multiple pour traiter les divers mécanismes pathologiques de l’AVC ischémique / l’ischémie cérébrale…

La taurine est capable de traverser la barrière hémato-encéphalique et présente une pléthore de fonctions dans le système nerveux central (SNC)… Bien que la taurine ne soit pas définitivement classée parmi les neurotransmetteurs, elle satisfait à la plupart des critères nécessaires…

Elle module la neurotransmission en provoquant une transmission neuronale inhibitrice par l’intermédiaire des récepteurs GABAA, des récepteurs de la glycine et des récepteurs putatifs de la taurine… Les mécanismes physiopathologiques fondamentaux impliqués dans les accidents vasculaires cérébraux ischémiques sont l’excitotoxicité du glutamate, le déséquilibre calcique et le stress oxydatif qui, individuellement ou collectivement, entraînent la mort cellulaire.

Par conséquent, le rôle de la taurine en tant qu’inducteur de la neurotransmission inhibitrice, antioxydant, neuromodulateur, régulateur de l’homéostasie calcique et neuroprotecteur, en fait potentiellement un agent thérapeutique idéal pour les accidents vasculaires cérébraux ischémiques. »

La taurine est impliquée dans une grande variété de processus protecteurs

La taurine peut également constituer une aide importante dans le traitement des maladies neurodégénératives, telles que les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. La raison en est que la carence en taurine est associée au stress du réticulum endoplasmique, un facteur important des maladies à prions. On pense également que la taurine est importante pour le bon repliement des protéines.

De manière troublante, la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 (introduite par une infection naturelle ou par les vaccins à ARNm contre le COVID) peut traverser la barrière hémato-encéphalique et causer des dommages allant du brouillard cérébral et la démence à la maladie de Creutzfeldt-Jakob (variante humaine de la maladie de la vache folle), de sorte que la taurine peut également s’avérer précieuse dans le traitement du COVID, du COVID long et/ou des lésions post-vaccination.

Des études antérieures sur des souris dépourvues de transporteur de taurine suggèrent également que la taurine est impliquée dans une grande variété de processus de protection biologique, car ces souris ont fini par développer un dysfonctionnement de plusieurs organes. Cela confirme également l’idée que la taurine est un acteur clé de la longévité et d’une vie en bonne santé.

La taurine est importante de la naissance à la mort

Comme le notent les auteurs de l’étude publiée dans Science, la taurine semble avoir un effet sur toutes les caractéristiques établies du vieillissement, ce qui en fait une véritable fontaine de jouvence :

« Bien que nous ne connaissions pas encore les événements initiaux provoqués par la taurine, nous fournissons des preuves de la suppression de la taurinylation des ARNt mitochondriaux au cours du vieillissement dans le dysfonctionnement mitochondrial, une caractéristique importante du vieillissement.

Il est également possible que d’autres biomolécules dérivées de la taurine, en plus de l’ARNt τm5U, affectent directement ou indirectement l’homéostasie mitochondriale ou d’autres caractéristiques du vieillissement.

En effet, la taurine contribue à la production de plusieurs autres biomolécules, selon le ou les types de cellules qui ont un impact ou peuvent potentiellement affecter le vieillissement… Nous proposons qu’une combinaison de taurine et de biomolécules dérivées de la taurine puisse retarder le vieillissement en affectant diverses caractéristiques du vieillissement dans des cellules et des tissus distincts…

Au début de la vie, la taurine semble être essentielle pour l’homéostasie dans plusieurs systèmes organiques, et sa carence pendant le développement peut compromettre ces fonctions après la naissance.

En accord avec cette hypothèse, les organismes ont une concentration de taurine trois à quatre fois plus élevée dans les tissus embryonnaires que dans les tissus adultes. De plus, une carence en taurine pendant le développement entraîne un retard de croissance, la cécité et l’ostéoporose, et sa supplémentation pendant la gestation augmente la masse osseuse postnatale…

Il est possible que les changements développementaux ou postnataux dans le métabolisme de la taurine affectent le taux de vieillissement à la fin de la vie, et l’ajustement de cette machinerie endogène pourrait prolonger la durée de vie en bonne santé. »

Comme indiqué précédemment, la taurine est présente dans les aliments d’origine animale tels que les fruits de mer, la viande rouge, la volaille et les produits laitiers, et il est toujours préférable d’obtenir vos nutriments par le biais de votre alimentation.

Toutefois, si vous êtes végétalien, vous pouvez envisager de prendre un complément de taurine de haute qualité, car les aliments que vous consommez ne vous en fournissent pas. Bien que votre corps puisse synthétiser un peu de taurine, cela ne sera pas suffisant à long terme, en particulier lorsque vous vieillissez et que la capacité de votre corps à synthétiser la taurine diminue.

?Sources et Références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *