, , ,

Nous devons nous alarmer du déclin stupéfiant des oiseaux

Posted by

? EN BREF

  • Dans le monde, 1 espèce d’oiseau sur 8 est menacée d’extinction.
  • 223 autres espèces d’oiseaux sont en danger critique d’extinction et pourraient disparaître de la planète.
  • Une perte nette de 2,9 milliards d’oiseaux, soit 29 %, a eu lieu aux États-Unis et au Canada depuis 1970.
  • L’agriculture industrielle, avec son expansion rapide et l’utilisation de produits chimiques toxiques, entraîne des pertes d’oiseaux dans le monde entier et représente la plus grande menace pour les oiseaux.
  • Les oiseaux sont un élément crucial de notre écosystème, contrôlant les nuisibles, propageant les graines et pollinisant environ 5 % des plantes que les humains utilisent pour se nourrir et se soigner.

?Par le Dr. Mercola

Dans le monde, 1 espèce d’oiseau sur 8 est menacée d’extinction. Nous devrions être très inquiets, car, comme le note BirdLife International, « les oiseaux sont notre système d’alerte précoce ». Le déclin des populations d’oiseaux signale que quelque chose de sérieux se passe dans l’environnement, les habitats sont détruits, les pesticides chimiques font des ravages sur la faune et plus encore.

Déjà, 223 espèces d’oiseaux sont en danger critique d’extinction et pourraient disparaître de la planète, une perte qui serait profondément préjudiciable. BirdLife explique :

« Les oiseaux ont le pouvoir d’unir les populations. De nombreuses espèces migrent sur de grandes distances, motivant les nations à collaborer ensemble pour les protéger à chaque étape du parcours. De cette manière, les oiseaux nous montrent les degrés de coopération mondiale nécessaires pour faire face aux… crises de l’extinction dans les années à venir. Plus simplement, l’amour des oiseaux est une chose que nous pouvons tous partager, quelles que soient nos différences. »

Imaginer un monde sans oiseaux, ce n’est pas seulement être en manque de leur beauté visuelle et leurs chants mélodiques. Les oiseaux sont un élément crucial de notre écosystème, contrôlant les nuisibles, propageant les graines et pollinisant environ 5 % des plantes que les humains utilisent pour se nourrir et se soigner. Ainsi, la perte des oiseaux devrait sonner l’alarme pour chacun d’entre nous.

« Les oiseaux nous parlent de la santé de notre environnement naturel. Nous ignorons leurs messages à nos risques et périls », déclare Patricia Zurita, PDG de BirdLife.

3 milliards d’oiseaux nord-américains disparus en 50 ans

La situation est désastreuse pour de nombreuses espèces d’oiseaux, dont la barge à queue noire, un grand oiseau de rivage aux longues pattes et au bec tout aussi long. Wired a interviewé Alice Cerutti, dont la rizière de 115 hectares (environ 284 acres) en Italie est le dernier site de nidification régulier connu du pays pour l’espèce :

« Au cours de la dernière décennie, elle et sa famille ont planté des milliers d’arbres, rétabli des zones humides et fait appel à des experts pour aider à étudier et à gérer les précieux oiseaux qui nichent dans les zones que Alice Cerutti a réservées à la faune sauvage. Cela semble fonctionner. “Nous avons cette responsabilité incroyable et importante”, dit Alice Cerutti… Des chercheurs locaux ont trouvé l’oiseau survivant sur ce site alors même qu’il disparaissait à d’autres endroits. »

C’est une histoire d’espoir parmi des perspectives autrement lugubres. Une perte nette de 2,9 milliards d’oiseaux, soit 29 %, a eu lieu aux États-Unis et au Canada depuis 1970, dont non seulement des espèces rares, mais aussi des oiseaux communs dans les mangeoires autour de nos maisons, comme les moineaux, les parulines, les pinsons et les merles. Dans la revue Science, des chercheurs et des collègues du Cornell Lab of Ornithology ont expliqué :

« L’intégration des trajectoires de population à l’échelle de l’aire de répartition et des estimations de taille indique une perte nette approchant les 3 milliards d’oiseaux… Un réseau de radars météorologiques à l’échelle du continent révèle également une baisse tout aussi abrupte du passage de la biomasse des oiseaux migrateurs sur une période récente de 10 ans. Cette perte d’abondance en oiseaux signale un besoin urgent de faire face aux menaces pour éviter l’effondrement futur de l’avifaune et la perte associée d’intégrité, de fonctionnalité et de services de l’écosystème. »

19 espèces d’oiseaux communs ont perdu plus de 50 millions d’individus au cours de la période d’étude. L’auteur principal et scientifique de la conservation Ken Rosenberg a déclaré à CBS News : « Il y a une érosion du nombre d’oiseaux communs. Nous nous attendions à voir des déclins continus d’espèces menacées », a-t-il déclaré. « Mais pour la première fois, les résultats ont également montré des pertes généralisées chez les oiseaux communs dans tous les habitats, dont les oiseaux autour de nos maisons. »

Les oiseaux sont en déclin dans toute l’Europe

Les oiseaux nord-américains ne sont pas les seuls à être en péril. « 600 millions d’individus ont été perdus dans l’Union européenne depuis 1980, une superficie 5 fois plus petite », a rapporté Bird Life International. Il existe environ 10 000 espèces d’oiseaux dans le monde, dont la moitié sont en déclin. En Grande-Bretagne, 73 millions d’oiseaux ont disparu depuis 1970, soit un déclin de près d’un tiers.

Comme aux États-Unis, les oiseaux touchés comprenaient à la fois des espèces communes et rares, dont une perte de près de 30 millions de moineaux domestiques, 20 millions d’étourneaux, 4 millions d’alouettes et 2 millions de merles. Selon le British Trust for Ornithology (BTO), qui a mené l’étude :

« Les pertes estimées totalisent en réalité 114 millions d’individus (ou 57 millions de couples reproducteurs). Les pertes sont masquées en partie par l’augmentation de certaines autres espèces, dont certains résidents familiers (par exemple, les troglodytes, le pigeon ramier et la fauvette à tête noire) et de nouveaux arrivants (par exemple, l’aigrette garzette et la bouscarle de Cetti).

Le nombre croissant de ces espèces, qui se traduit par des gains d’env. 41 millions d’individus, ne compensent pas les pertes extraordinaires globales, entraînant une perte nette de 73 millions d’individus. »

Les oiseaux de montagne européens disparaissent également. Des chercheurs de BTO et leurs collègues ont révélé un déclin de 7 % de la population de 44 espèces d’oiseaux surveillées de 2002 à 2014. Les changements dans l’utilisation humaine des terres, notamment la pression du pâturage et le reboisement, peuvent être en partie responsables.

Les oiseaux européens qui mangent des insectes, connus sous le nom d’insectivores, représentent une autre catégorie en difficulté, avec des populations d’oiseaux insectivores en baisse de 13 % en Europe et de 28 % au Danemark entre 1990 et 2015 ou 2016, respectivement. « Nos résultats suggèrent que le déclin des insectivores est principalement associé à l’intensification de l’agriculture et à la perte d’habitat de prairie », ont expliqué les chercheurs.

Nous avons déjà perdu 94 % de certaines espèces d’oiseaux

Le rapport de BirdLife International sur l’état des oiseaux dans le monde est publié tous les quatre ans, le plus récent en 2022. Outre les 1 409 espèces d’oiseaux menacées d’extinction, le rapport a révélé que seulement 6 % des espèces ont leur population en augmentation.

Au cours des 500 dernières années, plus de 160 espèces d’oiseaux ont été éliminées. Aujourd’hui, le taux d’extinction s’accélère, déclare Lucy Haskell, responsable scientifique chez BirdLife.

L’agriculture industrielle est la principale menace pour les oiseaux

L’agriculture industrielle, avec son expansion rapide et l’utilisation de produits chimiques toxiques, entraîne des pertes d’oiseaux dans le monde entier et représente la plus grande menace pour les oiseaux. Le rapport de BirdLife indiquait :

« Partout dans le monde, les oiseaux sont touchés par un éventail de menaces différentes, dont presque toutes sont causées par des actions humaines. L’agriculture (à la fois par son expansion dans des habitats importants et l’utilisation croissante de machines et de produits chimiques à mesure qu’elle s’intensifie) est la principale menace pour les oiseaux, affectant au moins 73 % des espèces menacées. »

Une étude d’Environnement Canada a suggéré que les pesticides agricoles à eux seuls pourraient entraîner la perte de 2,7 millions d’oiseaux chaque année. Il est également démontré que les oiseaux exposés à des pesticides neurotoxiques largement utilisés appelés néonicotinoïdes se nourrissent moins, accumulent moins de masse corporelle et de réserves de graisse et retardent finalement la migration, ce qui peut affecter la survie et la reproduction.

La perte et la dégradation de l’habitat sont également problématiques. La perte d’habitat fait référence aux situations où la terre est convertie pour d’autres usages, tels que l’agriculture ou le développement urbain. Lorsque l’habitat est dégradé, il est possible qu’il ne disparaisse pas entièrement, mais qu’il soit altéré, fragmenté ou compromis d’une manière qui le rend moins apte à favoriser la vie des oiseaux. En raison de l’intensification de l’agriculture, l’habitat essentiel aux oiseaux disparaît rapidement. BirdLife a expliqué :

« En Europe, cela s’est traduit par une baisse de plus de 50 % de l’abondance des oiseaux dans les terres agricoles du continent depuis 1980 et, plus au sud, la conversion des prairies en terres cultivées a entraîné une baisse de 80 % de la population d’alouette d’Archer (en danger critique d’extinction) en seulement 15 ans. »

Par ailleurs, l’exploitation forestière est une autre menace sérieuse. « Plus de 7 millions d’hectares (17 297 376,7 acres) de forêt sont perdus chaque année (une superficie plus grande que la République d’Irlande) et cela affecte près de la moitié des espèces d’oiseaux menacées dans le monde », a ajouté BirdLife.

Cela inclut l’aigle harpie, qui dépend des arbres âgés, dont 90 % sont ciblés par l’exploitation forestière dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud. Outre la perte d’habitat et l’utilisation de pesticides, certaines des menaces supplémentaires d’origine humaine pour les oiseaux comprennent :

ChatsCollisions avec les vitrages
VéhiculesLignes électriques
Tours de communicationÉoliennes

Pourtant, de nombreux individus prennent des mesures pour un changement positif. Wired a rapporté que Alice Cerutti a pris des mesures dans son exploitation pour éviter les pesticides qui sont si toxiques pour les oiseaux :

« Alice Cerutti a renoncé aux pesticides et a permis à la végétation des zones humides de repousser. Outre les barges à queue noire, il y a des butors et des vanneaux, tous deux également en déclin.

Et non, elle ne gagne pas autant d’argent qu’elle le pourrait si elle était amenée à maximiser ses profits sur la même parcelle de terrain. Cela n’a pas d’importance. “Tous les agriculteurs ne peuvent pas faire ce que nous faisons, mais je pense qu’il est important de faire quelque chose”, dit-elle. Une voisine a récemment été inspirée par les efforts d’Alice Cerutti pour cesser de pulvériser des superficies qui bordent sa ferme avec du glyphosate, un herbicide incroyablement puissant. “Je pense que c’est un grand pas en avant”, a déclaré Alice Cerutti. »

Que perdons-nous si les oiseaux disparaissent ?

Les oiseaux jouent un rôle vital à l’échelle mondiale, contribuant à la pollinisation des plantes et à la propagation des graines tout en agissant à la fois comme charognards et prédateurs. Mais le lien entre les humains et les oiseaux est encore plus profond. Il est révélateur qu’au Royaume-Uni, plus de 1,3 million de personnes sont membres de la Société royale pour la protection des oiseaux, soit plus que les membres de tous les partis politiques du pays réunis.

Aux États-Unis, l’observation des oiseaux est un passe-temps favori pour plus de 70 millions de personnes, tandis que des ornithologues amateurs sont présents dans le monde entier, prenant l’habitude d’observer les différentes espèces d’oiseaux chaque fois qu’ils le peuvent. Les rencontres avec les oiseaux impliquent à la fois la vue et le son, offrant des expériences complexes et multisensorielles. Les interactions avec les oiseaux dans votre vie quotidienne peuvent suffire à favoriser un changement durable de votre humeur.

La présence de chants d’oiseaux améliore également les bienfaits pour la santé mentale de passer du temps dans la nature. Les chants d’oiseaux, en particulier, peuvent être appréciés par les humains car les oiseaux ont été présents tout au long de l’évolution. Les oiseaux chanteurs sont également souvent entendus au printemps et en été, indiquant un temps agréable à venir ou présent. Tout cela pourrait être perdu si des changements ne sont pas apportés pour la protection de ces créatures vulnérables.

7 étapes simples pour aider les oiseaux

L’agriculture régénérative est la lumière au bout du tunnel car elle sauve les oiseaux, les insectes et d’autres espèces dans le monde entier. Le meilleur plan d’action pour réduire les dommages de l’agriculture industrielle et de la perte d’habitat sur les oiseaux est de soutenir les fermes biodynamiques avec des animaux nourris à l’herbe qui préservent la diversité et ne dépendent pas de produits chimiques synthétiques et d’autres pratiques agricoles intensives qui nuisent aux oiseaux et aux autres animaux sauvages.

En attendant, nous pouvons tous nous impliquer pour contribuer à faire du monde un endroit plus sûr pour les oiseaux. 3 Billion Birds, un partenariat entre Audubon, American Bird Conservancy, Bird Conservancy of the Rockies, Georgetown Environment Initiative, Cornell Lab of Ornithology et Smithsonian, suggère à chacun de prendre les sept mesures suivantes pour aider les oiseaux dès maintenant, avant que leurs populations ne déclinent encore plus :

  1. Faites que vos fenêtres soient plus sûres : installez des moustiquaires ou supprimez les reflets à l’aide de film, de peinture ou de ficelle pour empêcher les oiseaux de heurter vos fenêtres.
  2. Gardez vos chats à l’intérieur :les chats en liberté tuent les oiseaux. Offrez à votre chat un enrichissement environnemental en fournissant un « catio », un enclos extérieur sécurisé où votre chat peut profiter du plein air sans nuire aux oiseaux.
  3. Réduisez votre pelouse, plantez plutôt des plantes indigènes : les pelouses ne sont pas d’une grande aide pour favoriser les oiseaux, tandis que les plantes indigènes aident les oiseaux et fournissent des abris et des espaces de nidification.
  4. Évitez les pesticides :ils sont toxiques pour les oiseaux et réduisent le nombre d’insectes dont les oiseaux dépendent pour se nourrir. Évitez d’utiliser des pesticides dans votre maison et votre jardin et choisissez des aliments biologiques ou biodynamiques produits sans pesticides.
  5. Choisissez du café cultivé à l’ombre :le café cultivé en plein soleil contribue à la destruction des forêts et nécessite des pesticides et des engrais. Le café cultivé à l’ombre préserve les forêts et aide les oiseaux migrateurs à survivre à l’hiver.
  6. Évitez le plastique :le plastique pollue les océans et nuit à la faune, y compris les oiseaux de mer. Évitez toutes les formes de plastique à usage unique, y compris les sacs, les bouteilles, les pailles, les ustensiles jetables et les emballages.
  7. Observez les oiseaux et partagez :l’observation des oiseaux est importante pour leur protection. Selon 3 Billion Birds, « l’oiseau le plus abondant au monde, la tourte voyageuse, a disparu, et les populations n’ont pas réalisé à quelle vitesse il disparaissait jusqu’à ce qu’il soit trop tard ».

Les chercheurs ont besoin de l’aide de scientifiques citoyens pour surveiller les oiseaux dans leur propre communauté et rendre compte de leurs observations. Un certain nombre de projets sont en cours, notamment eBird, le projet FeederWatch et Christmas Bird Count, afin que de vous permettre de vous impliquer dans l’observation des oiseaux dans votre jardin.

?Sources et Références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *